dawn

DAWN met en scène le corps et son rapport à la machine et aux technologies de manière onirique. Dans un univers urbain presque dystopique, il est de plus en plus investi et menacé par son environnement. L’individu, parfois quasi-imperceptible,

devient un objet inanimé rendant le spectateur témoin d’une scène entre poétique et violence donnant une impression fictionnelle. À la limite du degré d’iconicité, ce projet joue de l’erreur et de la dégradation de l’image et du corps. 

Le modèle féminin est archétypal, en référence à l’industrie de l’image et son rapport au corps déhumanisant et faussé. La femme-robot, habituellement retouchée à outrance est ici vue dans son introspection, une intimité banale esthétisée et allégorique, pour contrecarrer ces images d’idéal illusoire.

ok

6

2

1

7

5

4

3